Temps de lecture estimé : 3 min

La médiation, au coeur des projets des Am'arts etc.

L'association regorge de savoir-faire et savoir-être qui vont bien au-delà des « simples » compétences en conduite de projets.

La médiation culturelle des Am'arts etc., par exemple, s'attache à diffuser les valeurs chères à l'association : l'écoute et la valorisation des publics, la co-construction, l’exigence de qualité...

La médiation chez Les Am'arts etc., c'est qui ?

Depuis janvier 2016, c'est Aline qui s'occupe des missions de médiation, principalement sur les projets liés aux territoires nantais. Ayant un parcours plutôt axé sur la communication, c'est par le biais du Service Civique qu'elle fait ses premières expériences en médiation via le projet « Façades Exquises 3 » à la Bottière. Depuis, elle a notamment géré la médiation des projets des "Rendez-vous du Camt'art", du Carna'bal à Malakoff, de Balades Exquises, de la Bonne Rumeur, de la Carte Sonore de Malakoff et a participé ponctuellement aux Studio Photo Mobile, au projet d'action artistique à Bellevue, à l'animation du mur d'expression à l'ESAT de Rezé...

La médiation chez Les Am'arts etc., c'est quoi ?

Vaste sujet ! Chez Les Am'arts etc., nous sommes plutôt du genre polyvalents. Et la médiation ne déroge pas à cette règle ! Pour synthétiser, l'action d'Aline s'articule autour de 5 thématiques:

  • le lien entre les publics et les projets des Am'arts etc.
  • le lien entre les structures et les projets des Am'arts etc.
  • la logistique des projets de médiation
  • la participation au processus de création des projets
  • la promotion des projets

Et oui, ça fait beaucoup de choses à dire. Ainsi, nous allons synthétiser au maximum notre propos et écrire plusieurs articles sur ce sujet.

 

Première étape, notre activité préférée !

La relation avec les publics : la spécificité des Am'arts etc. !

 Le cœur du projet associatif des Am'arts etc., c'est le participatif ! Impossible d'imaginer une médiation sans inclure le public dans chacune des étapes des projets... et pour ça, Aline est là ! L'idée est vraiment de faire le lien entre les créations et les publics potentiels. Notre expérience dans les territoires prioritaires nantais nous a d'ailleurs confortés dans ce choix d'hyper proximité : plus les rencontres sont fréquentes, plus le projet est adopté par les publics !

 

La clé de voûte de la médiation, c'est donc le réseau. Pour ça, encore faut-il le créer ! Armée de sa bonne humeur légendaire, Aline est donc partie à la rencontre des habitants, de la Bottière jusqu'à Malakoff. Le but ? Se présenter déjà, communiquer autour de l'association puis des projets en cours (ou pas!) sur le quartier. Des liens se sont alors tissés, des amitiés aussi… Et, il faut être honnête, c'est quand même moins intimidant et plus chaleureux de participer à un projet artistique quand on connaît ceux qui l'organisent !

 

Mais comment rencontre-t-on des gens ?

 

Pour ça pas de mystère, il faut avoir le gène « parlote » couplé avec un peu de méthode. Aline aime beaucoup les rencontres informelles : sur le marché de Malakoff, sur l'esplanade de la Maison des Haubans, au détour d'une balade dans le quartier… Ces petits moments sont l'occasion de prendre des nouvelles, de discuter de la pluie et du beau temps et lorsque cela est pertinent, de parler de projets. Mais ce n'est pas toujours le cas, nous ne sommes pas des commerciaux !

 

Quelques fois, des leviers ou outils sont judicieux pour toucher différemment les publics. Aline met alors en place une « campagne de médiation » qui peut inclure des activités très variées : déambulation libre, présentation et diffusion de dispositifs de médiation, rencontres, relances et enquêtes d'opinion, participation aux événements du quartier, ateliers participatifs sur l'espace public ou dans les structures partenaires... Les buts ultimes : l'information et la co-construction des projets en cours et à venir !

 

Cela a l'air chouette sur le papier, mais ça donne quoi en vrai ?

 

Pour donner quelques exemples... Des jeux pour récolter l'avis et les témoignages d'habitants à propos de l'organisation d'un bal populaire, des micro-événements sur le marché de Malakoff et de la Bottière, des micro-trottoirs, un dispositif de médiation interactif pour se questionner sur son quartier, des enquêtes aboutissant à deux ateliers de réparation des objets du quotidien et deux balades de ramassages de déchets, des cafés en bas des tours en partenariat avec la Maison des Haubans, des réunions d'information à propos de la Carte Sonore de Malakoff, des écoutes collectives, des lectures de Kamishibaï dans les jardins… et la liste est longue !